Syndrome E – Franck Thilliez

couv72916701

Résumé :

Une affaire étrange bouleverse l’été de Lucie Hennebelle, lieutenant de police à Lille où elle vit avec ses jumelles. Un de ses ex-petits amis a perdu la vue en visionnant un court métrage acheté au fils d’un collectionneur décédé. Un film muet, anonyme, mais surtout, un film à la mise en scène malsaine et au scénario énigmatique. Au même moment, le commissaire Franck Sharko, ancien de la Criminelle et analyste comportemental à l’OCRVP (Office Central pour la Répression des Violences aux Personnes, Nanterre) suit un traitement par stimulations magnétiques au cerveau à cause d’une schizophrénie tenace. Il cède à l’appel du terrain à la demande de son supérieur et contre l’avis d’Eugénie, la petite fille imaginaire qui le suit depuis la mort de sa femme et de sa fille. Dans le Nord de la France, cinq corps d’hommes impossibles à identifier ont été retrouvés deux mètres sous terre. Mains coupées, dents et yeux arrachés, boîte crânienne tranchée, cerveau disparu, tous en état de décomposition avancé. Alors que Lucie découvre les horreurs que cache le film, un mystérieux Québécois l’informe par téléphone du lien ténu qui existe entre cette bobine et l’histoire des cinq corps. Une seule et même affaire grâce à laquelle Lucie et Sharko, si différents et pourtant si proches dans leur conception du métier, vont se rencontrer… Des bidonvilles du Caire aux orphelinats du Canada des années 1950, les deux équipiers vont mettre le doigt sur un mal inconnu baptisé le syndrome E. Un mal d’une réalité effrayante qui révèle que nous pourrions tous être capables du pire…

Avis :

Ceci est mon premier Franck Thilliez, je ne connaissais l’auteur que de nom mais je n’avais jamais lu aucun de ses Thriller. C’est donc avec un œil neuf,  que je me suis plongée dans cette lecture. Je dois avouer que j’avais entendu sur la toile pas mal d’avis à propos de l’auteur. Qu’il était reconnu pour être assez « gore », cru dans ses descriptions, mais que cela valait quand même la peine de se pencher sur ses livres. J’avais don cette légère appréhension lorsque je me suis mise à la lecture.

L’histoire débute très rapidement, pas de temps morts pas de descriptions interminables comme dans certains romans, où l’histoire met des lustres avant de démarrer. On rentre dans le vif du sujet et on fait connaissance avec les personnages. Franck Sharko et Lucie Hennebelle. Ce livre a la particularité de mettre en scène les deux personnages récurrents des romans de l’auteur, qui d’habitude mènent des enquêtes séparées. Là l’auteur réuni ses deux « héros » dans une seule et même enquête. Du reste Franck Thilliez a le désir de faire évoluer ses personnages ensemble dans d’autres enquêtes.

Franck Sharko est un flic usé avec trente années de service derrière lui. Il a perdu sa femme et sa fille (voir dans les tomes le mettant en scène), et depuis il n’est plus le même homme. Il est en proie a une Schizophrénie tenace, voyant sans cesse une petite fille imaginaire qui s’appelle Eugénie et qui réclame sans arrêt de la sauce Coktail et des marrons glacés. Il travaille  à l’OCRVP (Office Central pour la Répression des Violences aux Personnes, Nanterre), il n’est plus sur le terrain depuis la tragide affaire de sa femme et de sa fille. On s’attache très vite à ce personnage, malgré son tempérament et ses crise de Schizophrénie.

Lucie Hennebelle quand à elle est une jeune femme flic, mère de jumelles Clara & Juliette. Elle élève seule ses filles. Elle travaille à la PJ de Lille, elle a un caractère bien trempé, elle n’a peur de rien et traque les assassins et les tueurs en série avec une détermination sans borne. Sa mère la seconde dans l’éducation de ses filles. Au début de l’enquête sa fille Juliette est hospitalisée alors que sa jumelle Clara est en camp de vacance. On sent cette femme proche de ses enfants. Bonne mère, flic intrépide, on ne peut qu’aimer ce bout de femme.

L’enquête va faire rencontrer ses deux protagonistes que tout oppose. En effet deux enquêtes qui pourraient être à priori éloignées vont en fait se recouper. Recoupement qui va donner lieu à la rencontre de Sharko et Hennebelle. Et ce pour notre plus grand bonheur. Ces deux là vont évolués au fil des pages, l’enquête va mener tanto Sharko au Caire, tanto Hennebelle au Canada. Une enquête palpitante, pleine de rebondissements, pas de temps morts, des paragraphes structurés, clairs. L’auteur sait où il va, il sait où mener ses personnages, il n’y a pas cette impression d’une enquête qui part dans tous les sens.

Puis arrive la fin. Et quelle F*****g fin. ALors celle là on ne s’y attend pas mais alors pas le moins du monde. Une porte ouverte sur un second tome « Gataca » (que je suis en train de lire actuellement). Une fin bouleversante qui va mettre à mal la relation de nos deux chers personnages. Une fin qui va changer le cours de leur vie.

Note 

18/20

Publicités

Une réflexion sur “Syndrome E – Franck Thilliez

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s