Katherine Pancol – Les yeux jaunes des crocodiles

 

Résumé :

Ce roman se passe à Paris. Et pourtant on y croise des crocodiles. Ce roman parle des hommes. Et des femmes. Celles que nous sommes, celles que nous voudrions être, celles que nous ne serons jamais, celles que nous deviendrons peut-être. Ce roman est l’histoire d’un mensonge. Mais aussi une histoire d’amours, d’amitiés, de trahisons, d’argent, de rêves. Ce roman est plein de rires et de larmes. Ce roman, c’est la vie.

 

Avis :

Cela faisait longtemps que j’entendais parler de ce livre. Mais je ne sais pas pourquoi, l’envie n’était pas là. Puis par je ne sais quel miracle, je l’ai ouvert. Et je ne l’ai plus lâché. J’ai été aspiré dans ce livre comme dans une tornade. Les pages s’enchaînent les unes derrière les autres sans s’en rendre compte. On vit avec les personnages, on mange avec les personnages et on dort avec les personnages. Je ne sais pas comment expliquer cette attraction littéraire. C’est un vrai page turner. Puis lire un auteur Français, pas traduit, dans notre vraie langue à nous, ça a quelque chose de magique. Il faut dire que l’auteure s’entend pour nous faire vibrer avec ses personnages, on ressent l’émotion à chaque ligne.

Dans ce premier opus (de la trilogie) on fait la connaissance de Joséphine et Iris. Deux soeurs que tout oppose. L’une habite Courbevoie et trime pour joindre les deux bouts, l’autre est mariée à un avocat d’affaire international, habite dans le XVIème arrondissement. L’une est passe partout limite treize à la douzaine, l’autre est belle à tomber. Au début du roman Joséphine voit son mariage voler en éclat quand son mari Antoine se tire. Il y a aussi les filles Hortense et Zoé. Hortense c’est une Iris, même allure, même beauté. Zoé est le portrait de sa mère. Iris quand à elle a un fils Alexandre. Puis viennent se greffer d’autres personnages comme la mère de Joséphine et Iris, Chef le beau père, Philippe le mari d’Iris et Shirley la meilleure amie de Joséphine.

Puis on commence à suivre leur vie, leurs parcours. Des scènes de vie comme il y en a tous les jours. Un divorce, un couple qui ne tient que par un fil, un adultère, des enfants pénibles à élever, des fins de mois difficile. Tout ce qui fait notre quotidien. Tout ce qui fait que nous nous sentons proche de ces gens là. Proche de leurs histoires, de leurs déconvenues. Puis on s’attache à certains et pas à d’autres. On pleure avec eux, on rit avec eux. On vit avec eux. Ce livres est comme un roman fleuve, un feuilleton TV avec à chaque chapitre, un épisode de la vie de ces personnages. Une histoire que l’on suit pas à pas, de bout à bout. Pour une fois une histoire vraie. Avec des personnages que l’on pourrait presque croire réels et qui par moment nous ressemble.

Je ne sais pas comment dire que j’ai adoré ce livre. Je me suis sentie très à l’aise avec les personnages dès le départ. Ce livre est poignant, marquant, agréable à lire. Une merveille. La suite ne va pas rester longtemps dans ma PAL, elle va être lue rapidement. Il y a tellement de choses à découvrir que je suis impatiente de retrouver les personnages. De suivre leur évolution. De les voir grandir, car certains des personnages, grâce à l’auteur grandissent, prennent de l’assurance. Il y aussi le film que je veux voir, car je ne voulais pas voir l’adaptation cinématographique avant d’avoir lu le livre. Je vous recommande grandement de le lire, un moment très agréable en perspective vous attend.

Note :

18/20

 

Bannière Livraddict

 

 

Bande annonce du film :

 

Publicités

Une réflexion sur “Katherine Pancol – Les yeux jaunes des crocodiles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s